Le Hammam

Lieu de sociabilité par excellence, il réunit les gandari, par sexe, niant toute promiscuité pouvant nuire à la tranquillité nécessaire à une parfaite détente. Côté féminin certaines femmes s’adonnent à la divination tout en proposant un service supplémentaire de mise en contact avec des maris potentiels, pour celles qui ne sauraient laisser un tel choix entre les mains de leurs ascendantes. Des envoûteuses se trouvent ici aussi parfois, permettant moyennant quelques deniers à celle qui le désire de s’attirer les regards amoureux des mâles qu’elle convoite. Les prêtresse Kassirîn y officient ainsi en toute discrétion. Dans le clair-obscur de ces lieux de sueur et de peau ambrée, les codes sexuels sont d’ailleurs parfois transcendés et certaines cultures de la marge s’y sont développées, certains regards pouvant en dire long sur les vrais orientations des protagonistes....

 

 

559292 634544413246386 332304739 n copie

L’entrée est en générale gardée, précédant un vestiaire ou l’on dépose ses affaires (c’est ici que les dessins sur les parois suggèrent parfois d’autres types d’activités que le seul bain, du moins pour les yeux exercés…), puis vient la pièce la plus tiède, ou l’on se détend, habituant son corps à la liberté retrouvée; on peut y bénéficier d’un massage si le coeur nous en dit, dans l’une des alcôves qui le surplombent; les huiles et autres essences sont entreposées à proximité. On passe alors dans la salle la plus chaude, véritable étuve, dédiée à faire suer le corps pour le laver de toutes ses impuretés. La chaleur étouffante s’ajoute à un brouillard vaporeux constant laissant les yeux distinguer les ombres et les silhouettes mais bien incapables de plus. Deux autres salles plus chaudes encore accueillent le baigneur, le laissant suer abondamment dans un espace confiné, véritable moment du lavage en profondeur, la première, recouverte d’un dôme, abrite un brasero, tandis que la seconde, sous voûte, plus basse, ceinturée d’un mur par lequel un réseau dense de canalisations passant à la verticale, rend la chaleur particulièrement extrême, à la limite du supportable.

En empruntant le chemin de la sortie on se dirige ensuite vers une piscine d’eau froide, dans la quelle les corps enfin délassés et lavés viennent se rendre un aspect plus tonique avant de retrouver le corset des vêtements gandari; des rayats y servent quelques boissons rafraîchissantes et parfois même des sorbets, obtenus grâce aux neiges éternelles rapportées dans la vallée et conservées dans des lieux dédiés; elle peut être au centre d’une pièce indépendante ou pour les plus grandes d’une véritable cour bordée d’un déambulatoire, voire de chambres...Il est toutefois conseillé de faire attention aux passages d’une pièce à l’autre du aux changement de température.

1547 590132951020866 918251612 n copie

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×