Certains prétendent que ce monde n'est que l'un des possibles dans un « multivers ».

La réalité serait une matrice d'univers apparentés, variations d'un thème unique, broderie d'avènements et de déchéances faisant et défaisant l'histoire, commencements et aboutissements où l'homme serait un standard assez commun, sujet à diverses épopées.

De ces entrelacs que j'ai aperçu dans les volutes enivrantes du voyage onirique, j'ai posé les yeux sur un univers chatoyant qui a réchauffé mes hivers solitaires.

C'est en tournant les pages de ma collection hétéroclite d’œuvres savantes et exotiques que j'ai compris avoir fait la découverte intérieure d'un petit monde, Aqbar, et de son sous-continent connu sous le nom de Gandariah.

Salle des lions palais shadirite

Je ne pourrais jamais tout en conter, mais il est certaines choses qu'aucun de mes lecteurs ne doit ignorer, au risque de se perdre dans ses galeries malicieuses et luxuriantes, abandonnant ce voyage et refermant à jamais le seuil.

Seul un guide averti saura vous dépeindre la terre de Gandariah, et j'avoue humblement que mes nombreux séjours oniriques ne m'ont pas permis d'en élucider tous les mystères. 

Cependant, voici en guise de liminaire ce qu'il faut en savoir. Je dois d'abord  vous tenir un avertissement.

Ce que vous allez découvrir vous paraîtra commun et étranger à la fois.

J'ai cru bon d'utiliser ici des termes désuets ou précieux, étrangers à nombre d'entre vous.

Empruntés, semble-t-il, à l'Orient des légendes.

Si je devais émettre quelque théorie sur l'analogie de Gandariah et de cet orient lointain de notre monde, ce serait celle d'un inconscient collectif.

Oui, Gandariah, par bien des aspects, évoque des choses communes au orientalistes et ressemble aux étales d'un souk où s'entasseraient des fragments archaïques de l'Histoire dans le plus parfait anachronisme.

On y trouve pêle-mêle des éléments de diverses périodes de l'Histoire méditerranéenne et proche-orientale, poussant même en Inde et jusqu'en Mongolie.

Venge veuve

Tout ce qui fut recouvert par la lettre de l'arabe vient s'y brasser, quelque soit son antiquité, et pourtant, il en ressort un vaste tableau parachevé.

On trouve dans son abondance ordre et unité. Certes, pas l'une ou l'autre que nous aurions connu en ce monde; il serait vain d'en chercher le temps ou le lieu.

Il n'y en a de concevable qu'en Gandariah. Bien qu'il paraisse familier à nos imaginations, il est ailleurs.

C'est une merveille dans un mirage. Et quel plus beau voyage que d'explorer la fantaisie d'un mirage ?

Dans cet ailleurs tout proche se situe pour nos esprits glacés un biais vers les douceurs de la création, car ce mirage est peut-être un sérail bâti par des siècles de poésie, de sagesses et de foi que les hommes ont laissé aux marges du temps, tout prêt de s'effacer dans les décombres de l'Histoire.

 

Gandariah, le Cycle des Sables Tome 1. Sous le Soleil d'Ahriman

Muhaymin2
×